Cauchemar et Terreur Nocturne: Quelle différence ?

Il n’est pas toujours simple de faire la différence entre les cauchemars et les terreurs nocturnes. Alors je vais expliquer dans cet article les caractéristiques des cauchemars et des terreurs nocturnes pour mieux comprendre leur fonctionnement et tenter de les prévenir. 

Les Cauchemars

Qu’est ce qu’un cauchemar?

C’est un « mauvais » rêve dont on se souvient. Il survient durant le sommeil paradoxal qui est plus fréquent durant la seconde moitié de la nuit. 

Comment le reconnaitre?

Généralement, l’enfant se réveille en pleine nuit terrorisé par ce « mauvais » rêve.

A partir de quand apparaît-il?

Tant que l’enfant n’a pas acquis le langage, le seul moyen pour l’enfant de faire savoir qu’il a eu un cauchemar, c’est son comportement perturbé en pleine nuit. Mais rien peut nous assurer que la cause est le cauchemar, mais c’est une hypothèse à prendre ne compte.

Il y a un pic vers 8-10 ans.

Que-faire?

Avoir une présence rassurante pour l’enfant le temps qu’il a besoin sans minimiser ce qui s’est passé.

Si le cauchemar est récurrent, tenter d’en faire une histoire différente avec une fin heureuse.

Est-il possible de le prévenir?

Si l’enfant à un cauchemar de temps en temps, il n’y a rien de particulier à faire que d’être présent pour le rassurer. Il a peut-être eu un épisode difficile à « digérer » dans sa journée. En revanche, si les cauchemars sont très fréquents, c’est qu’il y a sûrement un état d’anxiété chez l’enfant. Etre à l’écoute de l’enfant, rassurant et compréhensif peut être aidant pour lui.

Les sources de stress possible: disputes entre les parents, conflit à l’école ou la crèche, décès dans l’entourage, déménagement, changement, certaines phases de développement comme l’angoisse de la séparation, film violent, …

Les enfants comprennent beaucoup de choses, mais ils n’ont pas forcément tous les éléments et leur imagination vient combler les trous. Mieux vaut leur donner une explication simple et franche.

Attention aux rhumes et obstructions nasales qui peuvent déclencher des cauchemars d’étouffement ou de noyade.

Les terreurs Nocturnes:

Qu’est ce qu’une terreur nocturne?

C’est une perturbation de la phase de sommeil profond qui se déroule surtout pendant la première partie de la nuit. Car c’est durant la première partie de la nuit que le sommeil profond est le plus important pour permettre à notre organisme de se reposer de ses fatigues.

L’enfant peut paraître éveillé, mais ne l’est pas. Il ne se souvient de rien à son réveil.

Comment la reconnaitre?

Beaucoup de manifestations physique forte: cris, pleurs, transpiration, agitation motrice.

Ça peut être impressionnant, car on peut avoir l’impression que l’enfant est réveillé alors que non. Si on essaie de le prendre dans nos bras, il va nous rejeter.

A partir de quand apparaît-il?

Il peut se manifester à partir de 6 mois lorsque toutes les phases de sommeil se mettent en place. Mais il est plus fréquent entre 2 et 5 ans. En principe, ça disparaît à l’adolescence.

Que faire ?

Lorsque la terreur nocturne apparaît, même si ça peut être impressionnant, le mieux est de ne rien faire.

Rester à côté de notre enfant pour faire en sorte qu’il ne se blesse pas.

Surtout, ne pas tenter de réveiller l’enfant, car cela risquerait de lui faire peur et de rompre son cycle de sommeil. Il va se rendormir seul de lui-même et ne se souviendra pas de cet épisode de lendemain.

Il n’est pas non plus utile de lui en parler le lendemain, au risque de créer des difficultés d’endormissement car ça peut l’angoisser qu’il se passe des choses qu’il ne maîtrise pas quand il dort.

Est il possible de la prévenir ?

Oui, c’est la meilleure des solutions. Pour cela, il suffit de coucher notre enfant lorsqu’il est calme et détendu et veiller à ce qu’il dorme suffisamment. Car plus l’enfant est fatigué, plus il peut être sujet aux terreurs nocturnes.

Différence entre cauchemar et terreur nocturne

Ton enfant a déjà fait des terreurs nocturnes?

2 réflexions sur “Cauchemar et Terreur Nocturne: Quelle différence ?”

  1. Coucou,
    Je n’ai pas d’enfants (mais je garde ton blog dans le coin de ma tête car j’espère en avoir très très bientôt).
    Je trouve ça super ce que tu fais. Mon mari travail à l’ASE et les situations qu’il rencontre ne sont pas toujours faciles mais il aime ce qu’il fait par dessus tout (ce travail est une vraie vocation, je ne pourrais pas moi)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.